NE MANQUEZ RIEN
  • Blanc Pinterest Icône
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram

VOUS AVEZ ENVIE DE JASER?

RÉSERVER UNE CONFÉRENCE

cindy@circuitzerodechet.com

S'INSCRIRE AU CIRCUIT ZÉRO DÉCHET

www.circuitzerodechet.com

RECEVOIR L'INFOLETTRE

Abonnez-vous et soyez à l'affût des dernières nouveautés sur le blogue et le vlogue!

tags.

© Depuis 2015 par Cindy Trottier | cindy@circuitzerodechet.com | Tendance Radis. Tous droits réservés | Québec, Canada
Tendance Radis est un site sur le minimalisme pratique & l'art de vivre zéro déchet au Québec

Bilan 2017 | Retour sur notre 3e année zéro déchet

26/02/2018

Un billet de

Nous voici donc au bout d’une 3e année zéro déchet et cette dernière a été celle des prises de conscience et du retour à l’équilibre. On dit que pour un couple il faut environ deux ans pour avoir passé à travers la lune de miel et bien je peux vous dire que j’ai fini ma lune de miel avec le zéro déchet.

 

-OH NON! Pas vrai! Que s’est-il passé?


Rien du tout, sauf que j’ai compris des tas de choses un peu comme je vous en avais parlé dans ma récap de l’année 2016. J’ai réalisé que le zéro déchet est un beau mouvement plein de belles promesses louables mais qui n’entrent pas toujours en harmonie avec d’autres valeurs écologiques et/ou éthiques, encore moins lorsqu’on demeure en région. À cela, je vous inviterais à lire mon billet : l’utopie du bocal où j’en parle très abondamment.


De mon côté, je suis revenu avec mon ex, le minimaliste et le végétarisme, tout en ayant gardé l’aspect zéro déchet bien en évidence, mais moins en priorité dans certains de mes achats alimentaires. J’y reviendrai.

 


Au niveau alimentaire
Bon, prenons l’exemple du lait de vache pour vous faire comprendre ce que j’avançais plus haut, plus concrètement.
Avoir envie de boire du lait de vache ou manger du fromage, c’est une chose. Ça n’entre pas dans le véganisme, mais ça entre dans le végétarisme. Donc, si je veux boire du lait de vache qui « respecte » la vache, je vais aller du côté « éthique » de la chose et encourager les fermes en pâturage au grand air. Cependant, en agissant comme tel, bien que j’encourage une industrie plus éthique, j’encourage également une industrie qui crée beaucoup plus de gaz à effet de serre. Car en effet, l’élevage de masse en stabulation fixe génère moins de gaz à effet de serre et de pollution que celle en pâturage (sic). Du coup, on doit faire un choix entre nos valeurs écologiques et nos valeurs éthiques. C’est donc ben l'fun! En tout cas, moi ça ne m’amuse pas du tout d’avoir ce choix à faire dans ma vie. J’ai donc switché au lait végétal et pas d’amandes, parce que c’est une autre histoire tout aussi folle!


C’est un peu le constat que j’ai fait avec le mouvement zéro déchet, toujours dans une vision régionale, entendons-nous! Comme je n’ai pas la possibilité d’avoir accès à de belles épiceries zéro déchet avec de beaux produits végétariens, j’ai donc passé par des marchands accommodants pour me fournir en nourriture. Ce qui est suuuuper, si vous n’êtes pas végé! Mais lorsque l’on est végé, on doit quand même acheter du tofu et divers produits vendus sous emballages. En étant zéro déchet, j’avais laissé de côté cette option pour éviter les déchets et pour favoriser les produits plus locaux, mais d’origine animale… Mais en y repensant bien, c’est un peu contradictoire! Comment l’emballage plastique de tofu bio du Québec génèrerait-il plus de déchets au final que de consommer de la viande à la coupe provenant de « je ne sais même pas où » ? Et puis, ce poulet avant d’être tranché, il est arrivé en plastique lui aussi (bonjour MAPAQ) !!! Quelle absurdité! En tout cas, dans mon cas, les cloches de la raison se sont mises à sonner à m’en brouiller l’esprit…

 

 
Et là, attention, je ne tente pas de dire aux gens qu’ils sont méchants d’acheter de la viande à la coupe dans leur contenant, ça non! Ce n’est clairement pas mon but. Aussi bien le faire ainsi que de le faire autrement, si vous voulez mon avis. Et si vous avez la chance d’encourager des producteurs d’ici, allez-y! GO! Ce serait maladroit et bien mal placé de ma part de vous faire la morale, après tout, j’ai quand même mangé de la viande pendant plus de 30 ans… Mais bon, suffis pour ce constat alimentaire… Je vous reviendrai sur les raisons de mon changement d’alimentation dans un prochain billet.

 


Réduire le gaspillage
En 2017, j’ai commencé à m’intéresser à l’alimentation faite à partir de « déchets ». Dumpster diving, produits en vente rapide et cuisine antigaspillage, tout y a passé pour réduire la facture mensuelle d’épicerie. Aussi, j’ai également pris la décision de changer mon gros congélateur pour un plus petit, puisque j’ai réalisé que je gaspillais beaucoup trop de légumes dans le gros. Avec le petit, je peux maintenant avoir une réserve raisonnable.

 


Au niveau monétaire
Ici, j’ai eu une énorme surprise. Au niveau alimentaire, l’achat de viande à la coupe aura fait largement augmenter notre facture d’épicerie. Je suis un peu déçu de ce constat, mais je réalise que c’est le prix à payer pour acheter auprès d’une boucherie spécialisée. L’achat en vrac non planifié a également fait BONDIR notre facture d’épicerie! 2018 se promet d’être très différente, puisque je n’aurai plus besoin de fromage et de plusieurs produits d’origines animales très coûteux. De plus, j’ai enfin trouvé quels produits en vrac non périssables je peux me procurer en gros pour économiser, en générant le même déchet que l’entreprise qui l’achète en vrac! Lorsque je paye un sac de farine bio de 10 kg 16$ et qu’en vrac sa version traditionnelle en coûte plus de 24$, il y a de quoi se prendre la tête! Surtout qu’en rabais, le sac de 10 kg de farine Five Roses ne coûte que 11$ et moins! C’est assez pour écœurer n’importe quelle personne qui commencerait ce type de démarche la tête pleine!


D’un autre côté, je serais curieuse de voir la quantité d’argent qui a été « avalé » en vin et en boisson de tout genre. Curieusement, même si je ne bois rien (vraiment, je déteste l’alcool), je constate que c’est quelque chose qui n’a jamais été coupé dans notre défi zéro déchet! Sans doute on y trouverait une mine d’or!


 
Au niveau professionnel

Grâce au blogue, j’ai fait plusieurs parutions dans les médias sociaux, papiers, radios et télé, dont un documentaire présenté à Canal Vie et une page dans La Presse avec d’autres collègues et blogueuses. Woot ! Woot!

 

Non en lien avec le blogue, j’ai démarré le Circuit Zéro Déchet et son autocollant pour aider les gens en région à trouver les commerçants sur la rue qui les encourageraient dans leur démarches zéro déchet. L’initiative a été tellement appréciée de tous que nous avons conclu une entente de partenariat pour financer la distribution et l’impression de ceux-ci sur mon territoire (OMG !). J'ai également fait une plateforme en ligne pour rassembler tous les commerces coopératifs. À ce jour, ils sont plus de 130 dans tout le Québec! Pour le reste, c’est à suivre…


Le 1er janvier 2017, le blogue a dépassé les 200 000 vues, fait par plus de 90 000 visiteurs uniques, 4500 abonnés Facebook et 1700 abonnés sur Instagram. Je suis vraiment contente! De plus, toute cette belle visibilité m’aurait apporté un lot de clients et de clientes pour mes conférences sur le zéro déchet. À ce propos, j’en ai donné 15 l’an dernier!  


 
Au niveau personnel

2017 marquera également la fin des couches pour mon fils! Vous ne pouvez même pas vous imaginer la plénitude qui règne dans ma tête depuis que je ne lave plus de couches! Après 7 ans, 7 années à laver des couches aux deux jours, je peux enfin dire que C’EST FINI !!! Et pour les couches jetables de nuit aussi. #happyending

 

 

Le grand bilan 2017

 

Voilà! Au niveau poubelle, notre bilan est un peu différent de celui de l’an dernier. Il y a eu un gros relâchement en début d’année, suivie d’une belle reprise. Voici donc en finale notre BILAN pour une famille de 4 personnes  :


•    6 bacs roulants pleins de recyclage (non compactés)
•    25 kg de couches jetables de nuit (moyenne de 200 g/couche)
•    4,8 kg de déchets ultimes (moyenne entre 200 g et 400 g/mois)
•    Les déchets de rénovation ont été apportés à l’écocentre et ne sont pas comptabilisés en poids.


Pour un total de 29,8 kg de déchets réguliers ultimes pour une famille de 4 personnes résidant en région, incluant les couches!

 

 

 


Pour la suite, nous avons quelques objectifs en vue, mais ce sera pour un prochain billet ;)
 
 
 
 
TENDANCE RADIS.COM - TOUS DROITS RÉSERVÉS.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Pinterest
Please reload

Please reload