NE MANQUEZ RIEN
  • Blanc Pinterest Icône
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram

VOUS AVEZ ENVIE DE JASER?

RÉSERVER UNE CONFÉRENCE

cindy@circuitzerodechet.com

S'INSCRIRE AU CIRCUIT ZÉRO DÉCHET

www.circuitzerodechet.com

RECEVOIR L'INFOLETTRE

Abonnez-vous et soyez à l'affût des dernières nouveautés sur le blogue et le vlogue!

tags.

© Depuis 2015 par Cindy Trottier | cindy@circuitzerodechet.com | Tendance Radis. Tous droits réservés | Québec, Canada
Tendance Radis est un site sur le minimalisme pratique & l'art de vivre zéro déchet au Québec

Actualité | Le bannissement des sacs plastique : retour sur une étude controversée

16/01/2018

Un billet de

 

 

« Les sacs réutilisables, moins verts qu’on le pense ». La Presse

« Les sacs de plastique, pas plus nocifs que les autres ». Le Journal de Montréal

 

Bon, je me permets de sortir un peu de ma zone de confort ce matin, puisque je suis en beau fusil suite à la parution de ces articles (mais surtout des grands titres utilisés) en référence à cette étude de 176 pages publié par Recyc-Québec au mois de décembre 2017.

 

Si vous habitez dans la région de Montréal, vous savez sans doute que la Ville interdira l’usage des sacs de plastique à partir du 22 avril 2018. Non seulement aux yeux des écolos de « service » — lire ici le sarcasme — ces sacs à usage unique sont une véritable plaie, mais en plus ils contribuent à l’exploitation polluante du pétrole, cette ressource aux milles conséquences environnementales. Pour la municipalité et les lobby « green », il devenait impératif de faire le grand saut afin de protéger nos ressources si précieuses, mais pour les « autres », c’est une tout autre histoire... voici d'ailleurs quelques commentaires savoureux!

 

 

– Encore une fois, les gouvernements se tirent une balle dans le pied en croyant que d’interdire quelque chose rendra les gens plus responsables! Qu'esse que je vais faire si j’oublie mes sacs hein!?

 

– Je vais devoir acheter des sacs de poubelle au lieu de reprendre mes sacs d’épicerie, maudit bout d’viarge! Ça va me coûter plus cher!

 

– En plus, les maudits sacs réutilisables PERSONNES ne les apportent, ont fini par en avoir 100 dans le fond du char, ce n’est pas vraiment plus écolo! Gang de hippies!

 

– Et ça continu encore et encore les mensonges de la religion verte....

 

– ARK! Les sacs réutilisables c’est plein de bactéries! On va tous se faire contaminer, et avez-vous pensé au gaspillage d’eau en les lavant, pathétique, les écolos ne savent rien à l’environnement!

 

Une méthodologie remise en doute

Mais voilà, l’histoire derrière les sacs à usage unique et ceux réutilisables n’est ni noire, ni blanche et la méthodologie utilisée pour les comparer lors de cette étude a été largement remise en question par le Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets.

 

Pourtant, il est vrai, à un certain niveau, que le sac en plastique conventionnel à un moins grand impact carbone (GES) si l’on compare, à usage égale, ce dernier au fameux sac réutilisable. Aussi, il serait bien d’ajouter que le format jetable peut même être bénéfique au niveau de la santé humaine dans un contexte purement alimentaire.

 

Premièrement, au niveau de sa conception, il ne faut pas être le crayon le plus aiguisé de la boîte pour comprendre que le sac réutilisable nécessite beaucoup plus de matière pour arriver à un produit final que son opposant jetable. Avec cette énoncé, dois-je ajouter que notre joli petit sac réutilisable DOIT servir plusieurs fois pour diminuer son impact carbone? C'est d'ailleurs le même constat avec tous les produits conçus pour être durable, d’ailleurs. Toujours selon cette étude et selon le modèle comparé, on parle de plus de 35 utilisations nécessaire pour en arriver au même niveau de GES qu'un sac jetable en plastique. De plus, il serait bien de considérer la provenance et la méthode de transformation de ce fameux sac réutilisable, avant de le juger trop vite, j'y reviendrai plus bas.

 

Pourtant, encore une fois dans ce genre d’étude, on ne parle que de GES, toujours des GES. En fait, il est rare qu'on place à l'avant la nature éthique d'un bien ou d'un produit, dans un ouvrage scientifique. Ce qui nous intéresse vraiment au niveau de la science, c’est :

 

  • la méthode d’extraction et de transformation du produit

  • l’impact de son transport

  • l’impact de son utilisation

  • son impact en fin de vie

 

Ce qui est tout à fait louable! Mais dites-moi, où dans cette étude, avons-nous ciblé l’impact sur la faune et la flore visuellement parlant? Est-ce que quelqu’un s’est rendu sur le continent de plastique, questionner les habitants marins sur leur nouvel aliment pétrolier préféré? Est-ce qu’un chercheur a utilisé une jolie petite pépine pour creuser les décombres d’un site d’enfouissement pour constater l’état de décomposition et le volume incroyable que prennent notamment les sacs plastiques à usage unique et le polystyrène expansé, pourtant faible en GES? Est-ce que la méthodologie utilisée a tenu compte du Martin pêcheur « la tête coincée » dans un sac IGA et la quantité de restants de sacs plastique accrochés aux berges et aux arbres? Je ne pense pas… l’étude se concentre principalement sur les GES, ce qui est assez justifiable dans un contexte global...

 

Crédit photo : CRÉ Montréal

 

 

Effectivement, si l’on considère que le plastique est conçu à partir des rejets du pétrole, on pourrait alors dire qu'il est une forme de réutilisation en soi... De plus, comme 70 % des gens réutilisent leur sac plastique comme sac de poubelle, ça évite de beaucoup l’achat de sacs plus épais, donc plus polluants. Au final, si l'on se fit uniquement à cet énoncé, tel que véhiculé dans les journaux, notre sac en plastique conventionnel, malgré sa courte durée de vie, aura moins d’impact qu’un sac réutilisable. Donc, abandonnons tous le sac réutilisable, c’est beaucoup trop polluant! #sarcasme

 

Bravo, c'est sûrement la seule bonne réponse! Un point pour le sac de plastique, même si Tordu la tortue n’est pas du tout de cet avis!

 

Si vous n'êtes pas d'accord avec cette conclusion, c'est probablement que vous avez un esprit critique et c'est tant mieux! Pourtant, c'est malheureusement le résultat cognitif généré par de tels absurdités sur les réseaux sociaux. La nature humaine étant ce qu'elle est, nous ne prenons plus le temps de s'informer adéquatement avant de se faire une opinion sur un sujet. On utilise les gros titres comme référence et on ne cherche pas vraiment plus loin. Pourtant, nous aurions tout intérêt à vérifier les sources, plutôt que de se fier à l'opinion populaire. D'ailleurs, même les journalistes commencent à tomber dans ce genre de piège. #fakenews

 

 

Les sacs en coton pointés du doigt dans les médias

Ensuite, pourquoi les gros sacs de coton sont-ils pointés du doigt dans cette étude et surtout, pourquoi font-ils les gros titres des journaux en tant que « bad guy »?

 

Si l’on se fie à cette étude, on devrait oublier cette option pour nos emplettes, compte tenu du haut taux de pesticides utilisés à la production du coton, de son mode de transformation et de son impact sur la vie humaine, sur la faune et la flore, etc. Mais suis-je la seule à avoir remarqué que le principal suspect interrogé est un « sac chinois »? Oui, oui, un bon gros sac en coton « chinois » fait à 0,02 $/h et vendu 5 $ chez Wal-Mart! En aucun cas l’étude n’a comparé un bon sac en tissu organique solide fait de manière éthique et durable. Vous savez, le genre de vrai sac écologique qui dure des années!? Mais non, on y a été avec le PIRE modèle sur le marché pour faire cette étude, de quoi créer un beau gros scandale journalistique! Et bien évidemment, à ce sujet, personne n’a osé se questionner sur la provenance de leur propre t-shirt de coton à 3 $, right?

 

Donc, si le sac en coton « chinois » doit être réutilisé 722 fois, voire 2954 fois pour la santé humaine pour avoir le même impact carbone que son ami le sac en plastique conventionnel, faudrait-il que je fasse de même avec mon t-shirt « chinois »? Oh, wait... mais ça tout le monde s’en fout et personne n’en parle! Vraiment, ça serait bien que le « haters » en tiennent compte avant de commenter un article en manque de rigueur journalistique!

 

– Pfff, ce n’est pas pareil! Les vêtements sont issus de l’industrie de la mode et la mode c’est un « besoin »! #dissonancecognitive

 

Personnellement, je crois que les chercheurs auraient pu prêter un peu plus de rigueur à leur étude et considérer également les sacs en coton biologique, les sacs faits de fibres naturelles durables (outre le credo) et les sacs réutilisables faits de matières organiques recyclées. Je suis d’avis que si les consommateurs et les consommatrices avaient eu les vrais chiffres avec de bonnes comparaisons, ils seraient en mesure de faire des choix plus éclairés avant de procéder à l’achat de nouveaux produits dits « écologiques », comme les sacs réutilisables. Mais avec ce rapport, le « moldu », amateur du Journal de Montréal, ira simplement se vautrer dans le confort de son foyer en maudissant les écolos tout en étant persuadé, à la vue des gros titres, qu’il possède la VRAIE BONNE RÉPONSE et que le sac de plastique reste notre seul salue! L'inconnu mène à la peur, la peur mène à la haine. Vive le plastique!

 

 

La salubrité alimentaire mise au bûcher

Bon, au niveau de la santé, il serait un peu hypocrite de penser que la plupart des gens lavent leurs sacs réutilisables, ce problème étant probablement dus à un petit manque d’éducation sur l’hygiène et la salubrité alimentaire. Il ne faudrait pas non plus négliger le fait que, selon le MAPAQ, la viande et les produits d’origine animale devraient en tout temps être disposés dans un sac réutilisable utilisé uniquement à cette fin et lavé par la suite au retour des courses. À ce propos, saviez-vous que la recommandation est la même pour un sac de plastique conventionnel? Mais quel commis (ou client) s'en soucis vraiment lors de l’empaquetage?

 

Il en va de même avec les contenants que vous apportez chez votre commerçant. Ils doivent être lavés et propres lors de votre passage chez le marchand, idem pour vos sacs. Ça n’a rien de sorcier! C’est pourquoi vous retrouvez la liste des règles d’hygiènes et de salubrité du MAPAQ sur la plateforme du Circuit Zéro Déchet avec une belle procédure pour vous aider dans vos démarches zéro déchet. À ce propos, je trouve personnellement plus hygiénique d’avoir un contenant hermétique dans mon sac de transport réutilisable qu’une barquette de jus de poulet qui coulent à outrance, pas vous?

 

 

Mais à la lueur de ce que je vous expose ici, j’aimerais vous parler d’un phénomène lié à l’augmentation de la popularité des produits écoresponsables que j'appelle la mode « verte ». À chaque fois que je donne une conférence, je dois constamment rappeler aux gens de ne pas se précipiter dans une boutique écologique pour acheter TOUT ce qui est représenté comme étant une option plus verte. Je ne répèterai jamais assez que vous possédez probablement la plupart des items nécessaires à bien vivre votre transition vers le zéro déchet et que vous ne devez pas tomber dans le piège marketing qui vous pend au bout du nez. C’est ça être un consommateur écoresponsable! Pas d’acheter des trucs parce qu’on vous dit que c’est « mieux » ou plus « vert ». Il faut penser et réfléchir à nos achats.

 

En somme, lorsque les gens jugent les écolos d'être les responsables de leurs problèmes, ils oublient souvent que tout est une question d'interprétation dans la façon d'appliquer une loi, un conseil ou une recommandation. Aussi, ce n'est pas l'écologiste de cœur qui devrait être pointé du doigt dans les lois appliquées, mais bien les outils disponibles pour éduquer l'ensemble de la population au moment venu et la difficulté d'accéder à de l'information fiable. N'oublions pas non plus qu'un québécois sur 3 est analphabète fonctionnel, ce qui vient alourdir cette tâche. D'un autre côté, en tant qu'adulte, personne ne vous prendra par le bras pour changer vos habitudes, c'est à vous de vous responsabiliser et de vous informer sur les solutions qui existent à votre portée.

 

Donc, le bannissement des sacs de plastique était-il une bonne solution? Je suis mitigé. Je dirais que le système actuel d'accès à l'information et son accessibilité à nettement besoin d'être revue et repenser afin de mieux sensibiliser le public à cette nouvelle loi. Le cas échéant, je crois que nous venons simplement de transférer le problème ailleurs.

 

 

Pour ce qui est des sacs réutilisables, toute personne ayant une conscience environnementale saura que pour réduire réellement son impact carbone, la réutilisation reste la meilleure option, donc :

 

  • Réutilisez ce que vous avez déjà comme sac, peu importe le type, et surtout PLUSIEURS FOIS.

  • Ayez toujours vos sacs réutilisables à portée de main pour vos emplettes.

  • Lavez vos sacs réutilisables après chaque utilisation.

  • Avant de faire l’achat d’un sac réutilisable, assurez-vous de vérifier sa provenance, son mode de production et sa matière OU faites-le vous-même à partir de tissus recyclés.

  • Vous avez oublié vos sacs? Alors utilisez vos bras, si vous n’avez que quelques items ou laissez-les dans votre panier jusqu'à votre voiture.

  • Si vous êtes mal pris, utilisez le sac en plastique à usage unique plutôt que d'acheter un nouveau sac réutilisable chaque fois et réutilisez-le comme sac poubelle.

 

Pour le reste, un sac réutilisable bien entretenu vous sera utile des années durant. Si vous optez pour une version en tissu, vous aurez en plus le loisir de le réparer. N’oubliez pas, le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas, alors soyez futé! ;)

 

 

FAQ : Quels sacs recommanderais-tu pour quelqu’un qui n’en a pas?

  • Je recommanderais les sacs en tissu faits de fibres recyclées (consultez les artisans locaux ou faites-les vous-même) et les sacs credo très pratiques pour leur facilité de nettoyage et le peu de place qu’ils occupent. Mais bien avant, je vous suggère de rendre visite à votre friperie pour trouver des sacs réutilisables usagés, car il y en a des tonnes de copies et pour tous les goûts!

 

Précision apportés par les médias suite au scandale journalistique :
Radio-Canada, 12 janvier 2018 : « Les sacs réutilisables demeurent l'option la moins dommageable, selon Recyc-Québec. »

 

 

 

 

TEXTE PAR TENDANCE RADIS. TOUS DROITS RÉSERVÉS.

Partager sur Facebook
Partager sur Pinterest
Please reload

Please reload