NE MANQUEZ RIEN
  • Blanc Pinterest Icône
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram

VOUS AVEZ ENVIE DE JASER?

RÉSERVER UNE CONFÉRENCE

cindy@circuitzerodechet.com

S'INSCRIRE AU CIRCUIT ZÉRO DÉCHET

www.circuitzerodechet.com

RECEVOIR L'INFOLETTRE

Abonnez-vous et soyez à l'affût des dernières nouveautés sur le blogue et le vlogue!

tags.

© Depuis 2015 par Cindy Trottier | cindy@circuitzerodechet.com | Tendance Radis. Tous droits réservés | Québec, Canada
Tendance Radis est un site sur le minimalisme pratique & l'art de vivre zéro déchet au Québec

Épicerie | Le lexique des mal-aimés par Éric l'enverdeur

07/03/2017

 

 

Pour mettre fin à mon thème sur gaspillage alimentaire, j'ai invité Éric Ménard, l'auteur du blogue Tu vas pas jeter ça? et «enverdeur» professionnel à venir démystifier un peu tous les termes que j'ai utilisés au cours du dernier mois.

 

Pourquoi avoir choisi M. Ménard? Parce que professionnellement, Éric se spécialise dans le gaspillage alimentaire! Alors qui de mieux que LUI pour venir boucler la boucle?! Pour en savoir plus sur ces compétences ou encore l'inviter à une petite conférence dans votre coin, je vous invite à le contacter.

 

Je vous laisse à son article-collaboratif très intéressant ;)

 

 

En discutant avec Cindy de Tendance Radis, on s’est rendu compte qu’il y avait beaucoup de confusion autour des termes utilisés pour parler d’aliments vendus au rabais pour différentes raisons. Pour démêler tout ça, voici donc le lexique des mal-aimés !

 

 

Les « moches » (imparfaits, déclassés, difformes, etc.)

De plus en plus populaires depuis la fameuse campagne de la chaîne Intermarché en France en 2013, les fruits et légumes « moches » sont des aliments qui, dès leur origine, ont une apparence non conforme aux critères esthétiques (TRÈS stricts) de l’industrie/commerce, mais qui sont de pleine fraîcheur.

 

 

Le terme « moche » est le plus utilisé parce que c’est celui popularisé par la campagne initiale qui a lancé la tendance et frappé l’imaginaire collectif, mais il faut savoir qu’il y a ÉNORMÉMENT de produits très beaux et pas du tout bizarres qui sont aussi rejetés tout simplement pour une question de calibre (format), soit des aliments jugés trop petits ou trop tôt selon les variétés. (Note de la rédaction : C’est un parfait mystère pour moi comment ces calibres ultras stricts ont été fixés et comment des personnes ont déterminé un jour que les aliments ne correspondant pas précisément à ces formats ne méritaient pas d’être mangés.)

 

Ces aliments sont généralement vendus à 30 % moins cher que les aliments « parfaits », même s’ils ont les mêmes qualités gustatives et nutritives.

 

Au Québec, les seules chaînes de supermarchés qui vendent officiellement des fruits et légumes « moches » sont Maxi et IGA. Chez Maxi, ils sont commercialisés sous la marque « Naturellement imparfaits » et les produits varient selon les saisons et les disponibilités, mais on peut y retrouver entre autres des pommes, des poivrons, des champignons et des oignons. Chez IGA, ils sont appelés « les drôles de fruits et légumes » et la chaîne a choisi d’offrir ce type d’aliments seulement à l’automne et seulement des aliments du Québec, en gros formats.

 

 

Ceci dit, les fruits et légumes imparfaits sont disponibles depuis très longtemps dans les étalages des marchés publics tout comme dans les paniers bio du réseau de fermiers de famille d’Équiterre.

À Montréal, il y a également la petite entreprise SecondLife qui vend en ligne des paniers de fruits et légumes moches que les clients commandent sur Internet et vont chercher dans des points de chute.

 

 

Les « amochés » (défraîchis, en vente rapide, passés date, etc.)

Cette catégorie fait référence aux aliments qui étaient parfaits à l’origine, mais qui ont perdu en qualité/fraîcheur avec le temps : fruits poqués, légumes ramollis, produits de boulangerie de la veille, aliments près de la date de péremption, etc.

 

 

Ces produits sont souvent vendus à 50 % de rabais avec une étiquette du genre « Vente rapide ».

 

Certains supermarchés les regroupent dans des étalages séparés, par exemple un chariot sur roulettes, surtout dans le cas des fruits et légumes et pour les produits de boulangerie, mais ça se voit aussi pour des produits non alimentaires ou des aliments non périssables quand ils approchent (ou dépassent) leur date de péremption.

 

À noter qu’un aliment « passé date » n’est pas forcément insalubre. De nombreux produits peuvent être consommés sans risque dépassé leur date de péremption, à condition que l’emballage ne soit pas ouvert. Ces produits pourraient très bien être vendus au rabais au même titre que les aliments défraîchis. Cliquez ici pour l’information officielle sur la date de péremption.

 

 

Les « invendus »

Les invendus d’un commerce d’alimentation sont littéralement les produits qui ne sont pas vendus, ceux qui ont été retirés des tablettes parce qu’ils ne correspondent plus aux critères de vente de l’établissement (fraîcheur, apparence, salubrité, etc.). Les invendus sont généralement les amochés et défraîchis qui ne sont pas écoulés en vente à rabais.

 

 

Les clients n’y ont pas accès (à moins d’aller les chercher dans les poubelles) et les invendus qui sont toujours comestibles sont parfois donnés à des organismes d’aide alimentaire. La décision de donner, jeter ou vendre à rabais les aliments défraîchis revient généralement aux propriétaires des commerces, au cas par cas. Pour savoir ce que votre épicerie fait avec ses invendus et défraîchit, il faut lui demander !

 

 

Ceci étant dit, peu importe le nom, c’est du gaspillage.

Qu’ils soient moches, amochés ou jugés invendables pour des raisons autres que la salubrité, une quantité astronomique d’aliments tout à fait comestibles sont gaspillés pour des raisons superficielles et on a tous un rôle à jouer pour réduire ce gaspillage, en commençant par cuisiner les aliments amochés dans le fond de notre frigo au lieu de les jeter. ;)

 

 

 

Biographique - Éric Ménard, l’enverdeur

 

Titulaire d'un baccalauréat en communication et d'une maîtrise en environnement, Éric Ménard est un passionné d’enjeux de société notamment ceux entourant l’alimentation. Le gaspillage alimentaire est devenu sa spécialité depuis la production de son essai de maîtrise sur le sujet en 2013. Toujours à l'affût des nouvelles informations et initiatives dans le domaine, il est aujourd'hui conférencier, blogueur et consultant de même qu'animateur d'ateliers culinaires anti-gaspillage alimentaire pour le programme
À vos frigos du Fonds Éco IGA.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Pinterest
Please reload

Please reload