NE MANQUEZ RIEN
  • Blanc Pinterest Icône
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram

VOUS AVEZ ENVIE DE JASER?

RÉSERVER UNE CONFÉRENCE

cindy@circuitzerodechet.com

S'INSCRIRE AU CIRCUIT ZÉRO DÉCHET

www.circuitzerodechet.com

RECEVOIR L'INFOLETTRE

Abonnez-vous et soyez à l'affût des dernières nouveautés sur le blogue et le vlogue!

tags.

© Depuis 2015 par Cindy Trottier | cindy@circuitzerodechet.com | Tendance Radis. Tous droits réservés | Québec, Canada
Tendance Radis est un site sur le minimalisme pratique & l'art de vivre zéro déchet au Québec

Témoignage | Mon constat devant la «bêtise» humaine

07/07/2015

Un billet de

 

Laissez-moi vous chialer ça un peu... Oui, ça m'arrive! Après tout, la vie n'est pas toujours rose! D'aventure en aventure, le mois de juin à été une vraie brute! Prise de conscience, accident fâcheux, défi personnel... Bref, il en a long à dire! Mais l'optique de cet article est de vous démontrer que les gestes que l'ont posent sont souvent le résultat d'évènements marquants... À go, on chiale!

 

 

Retour aux sources

Je suis originaire de La Tuque. C'est où La Tuque!? Juste à côté du Foulard et de la Mitaine! Sans blague... C'est une petite ville boisée presque perdue au beau milieu de la Mauricie, entre Trois-Rivières et Saguenay.

 

 

 

 

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été une pro-environnement à ma façon. Quand j’étais toute petite, le recyclage n’existait pas. Mes parents n’avaient donc aucune idée de ce que c’était! Mais on savait qu’il fallait apporter les déchets au bon endroit. Comme mon père passait son temps libre dans les rénovations, une de mes sorties favorites était d’aller au dépotoir avec lui. Oui, vous avez bien lu. Le dimanche, on allait à dompe! Mais le trip de mes parents, c’était de rapporter des meubles pour que ma mère les restaure. Donc, oui, on fouillait dans les poubelles! Mais dans ce temps-là, c’était bien différent d’aujourd’hui, surtout avec une petite populace de 10'000 habitants. C’est ainsi que j’ai commencé à m’intéresser à la restauration des choses et à tripper carrément sur les déchets!

 

Chaque jour, en revenant de l’école, mon plaisir était de partir avec mon vélo à petites roues et de nettoyer le quartier. Je ramassais tous les déchets que je trouvais sur les trottoirs et en bordure de la rue. J’étais contente et fière de moi! Je faisais une bonne action pour protéger l’environnement… Au grand désespoir de ma mère :P

 

Puis, nous sommes déménagés en campagne… Que dire… En forêt! À cette époque, l’activité familiale par excellence c’était d’aller se promener «dans le bois»!

 

La Tuque, c’est de la forêt à perte de vue et du haut de la montagne où habitent mes parents, c’est magnifique… Du moins, de face! Nous allions souvent très loin en VTT. Si loin que nous nous retrouvions parfois en lieu sombre, au beau milieu de la déforestation. Ce fût d’ailleurs ma première rencontre avec une coupe à blanc… C’était troublant. J’avais alors 11 ans et je pleurais d’incompréhension. Je me souviendrai toujours de ce jour… Il n’y avait plus aucuns arbres vivants, ni aucun bruit. Le sol était complètement asséché, comme un désert en pleine nature… Tout était mort. Ce jour-là, j’ai compris que le pire ennemi de notre planète, c’était nous. Devant ma tristesse face à ce «spectacle», ma mère me fera le cadeau du film d’animation Ferngully. Je le regarderai par la suite des milliers de fois en maudissant les destructeurs environnementaux du film!

 

 Ça, c'est la vue du balcon chez mes parents, à La Tuque! C'est joli non?!

 

 

 

Le zéro déchet face à l'inconscience humaine

Nous sommes en 2015, je viens tout juste d’avoir 30 ans. Cette année, je me suis lancée le défi de vivre sans faire, ou du moins, en limitant un maximum ma consommation et mes déchets. Après seulement 6 mois, la prise de conscience que cela occasionne est alarmante! C’est la foire aux détritus à chaque coin de rue, malgré le fait que des bacs à rebuts soient sur les terre-pleins de mon quartier.

 

 

Et que retrouve-t-on le plus dans les poubelles et dans la rue? Des butchs de cigarette, des cartons de fast-food, du plastique et beaucoup de matières recyclables. C’est à devenir dingue! Avec tout ce constat, je suis donc à l’étape du Zéro Déchet où j’essaie de garder la tête froide face à la bêtise humaine!

 

Voici ma poubelle du mois de juin. Elle est petite, car son contenu a été soigneusement trié avant d’y être déposé. Non, on ne peut pas toujours être parfait. Oui, c’est une tâche difficile que d’avoir d’aussi bons résultats sans prendre le temps de s’informer et surtout, c’est un processus de changement très long à faire et souvent enrageant!

 

 Ma poubelle du mois de juin pour 4 personnes, avec un astérisque!*

 

 

 

Dernièrement, j’ai dû louer un conteneur pour y déposer les bardeaux en décomposition de mon toit. J’avais même soigneusement fait le tri de mes matériaux pour envoyer le tout à l’éco-centre.

 

 Le fameux, astérisque!* Ce conteneur devait se rendre à l'éco-centre. Il s'agissait de matériaux de toiture récupérables...

 

 

 

Mais ce fût impossible. Malgré moi, un de nos CONcitoyens est venu y déposer le contenu de son garage durant la nuit. À mon réveil, mon conteneur était rempli de matériaux souillés, de RDD (Résidus Domestiques Dangereux), de trucs recyclables et j’en passe! Tout le travail que j’avais fait la veille était fichu! Je passerai une heure à refaire le tri de ce maudit conteneur! Cette fois-ci, avec la rage dans les yeux et beaucoup de déception devant cet acte. J’ai dû moi-même aller porter les RDD à l’éco-centre. Un geste qui aurait été si simple pourtant. Sans compter qu’il est illégal d’envoyer ce genre de résidus dans un dépotoir!

 

 

Voici les résultats. Je n’ai malheureusement pas réussi à tout sauver. Le reste est insalubre, voir dangereux. Le conteneur se retrouvera donc probablement au dépotoir malgré tous mes efforts. :(

 

J’ai séparé le tout en trois parties soit : les RDD, le recyclage du plastique et celui du carton.

 

 

 

Mais le poids de l’inconscience de l’Homme ne s’arrête pas à cet accident fâcheux! Non. Il se retrouve partout et encore plus massivement lors de grands déploiements événementiels!

 

 

La gestion environnementale lors des évènements, une nécessité!

J’ai participé au mois de juin au Mud Hero de Montréal… Ou plutôt, au Trash Hero! Poubelles introuvables, aucun recyclage, c’était le festival des vidanges! Et que retrouvait-on le plus sur le plancher des vaches? Des bouteilles de plastique et du papier! Même le parcours de la course en montagne était gorgé de trucs jetables! On parle du Mont St-Bruno, un étendu VERT! Un endroit NATUREL! Cette journée-là, c’était une belle forêt complètement souillée! Et je ne parle pas de bouette ici mes amis.

 

À cet instant-là, je me suis retrouvée devant la même image que j’avais eue lors de ma première rencontre avec une coupe à blanc… Je ne pouvais pas croire que nous avions pu faire autant de dommage en si peu de temps!

 

Cette photo ne vient pas du Mud Hero, mais du Rock Fest 2015 de Montebello. Une simple démonstration de l’étendue de matières résiduelles qui peuvent se retrouver sur le sol lors d'évènements! Merci à Isaac Tremblay pour permettre l'utilisation de cette dernière.

 

 

 

À la différence de certains, j’ai assumé mes déchets, soit : mon dossard (irrécupérable) et mes feuilles de papier. Je les ai rapportés à la maison afin d’y faire le tri, puisque ce n’était malheureusement pas évident de trouver un endroit pour recycler de tout ça!

 

J’ai quand même retiré beaucoup de plaisir lors de cet évènement. Je me suis dépassée physiquement, mon cerveau a pris le grand air et ce fût une belle occasion pour moi de tester le mode de vie Zéro Déchet loin de chez moi, hors du confort de ma petite vie routinière. J’ai même réussi à avoir de la limonade dans ma tasse de transport!

 

De la limonade fraîche! Une gratuité sur le circuit. Vive ma tasse de transport ;)

 

 

 

 

En tout et partout, ce fût un mois de juin très chargé en prise de conscience!

 

  • Se joindre au nettoyage des berges de la rivière St-Charles avec ma fillette m’a permis de lui faire voir et comprendre les vraies raisons notre mode de vie.
     

  • Participer au Mud Hero m’a permis de constater à quel point la gestion des matières résiduelles lors d’évènements festifs est primordiale!
     

  • Et finalement, louer un conteneur m’a permis de déterminer que certaines personnes n’ont juste aucune conscience environnementale… Aussi bien éviter ce genre de truc dans notre cour et emprunter une remorque pour aller porter le tout nous-même!

 

Bref, j’en retiens que les gens ont encore besoin de beaucoup de sensibilisation et d’éducation en matière d’écologie et d’environnement en 2015. Nous avons beaucoup de chemin à faire, croyez-moi!

 

 

 

Photos par TENDANCE RADIS. Le cas échéant, l'auteur est mentionnée sous la photo.

Partager sur Facebook
Partager sur Pinterest
Please reload

Please reload